poster_170182

   Loin du 19ème arrondissement qui l’entoure, Ahmed vit par procuration dans ses polars achetés à la pelle. Pourtant, la vie s’obstine à se rappeler à lui par le meurtre sanglant de sa belle voisine Laura. Ahmed passe immédiatement du statut de spectateur à celui de suspect idéal dans une enquête qui remue les dessous peu recommandables des fondamentalismes religieux bien implantés dans le quartier. Les lieutenants Jean Hamelot et Rachel Kupferstein font leur entrée dans sa vie et se substituent aux flics de papier qu’il fréquente.  Au risque de tout chambouler…

   Karim Miské plonge à bras le corps dans le bouillonnement du 19ème parisien et se frotte aux dérives religieuses de tout bord. On sent le regard acéré du sociologue du quotidien, de celui qui connaît ce Paris-là par expérience directe. L’air du temps à la hauteur d’un quartier, c’est ce qu’il capte et réussit si bien à transmettre au lecteur.

   La promenade est aussi mentale puisque Arab jazz explore des terres psychanalytiques : pulsions, désirs, secrets, traumatismes. Le cheminement de chacun est exposé et cette mise en avant de la psyché humaine donne une épaisseur à chaque personnage, même secondaire. J’ai vraiment adoré la première partie du livre puis, lorsque Miské quitte Paris pour New York, je l’ai un peu perdu en route. Qu’importe, cette musique singulière mérite une oreille attentive.

Un polar urbain et tourmenté qui joue à fond la carte de l’actu brûlante.

Sur le net : Encore et toujours du noir, Bondy BlogLe Glob (médiathèques d'Antony).

Karim Miské, Arab jazz, Viviane Hamy, Chemins nocturnes, 2012. 298 p., 18 €.