préparerPréparer l’enfer est un corps tout sec voire même un squelette : un récit rachitique avec le minimum de fiction mais un maximum de réflexion. Les ingrédients étaient pourtant réunis pour un gros thriller politique d’anticipation : société Big Brother, dictature déguisée en démocratie, tueur à la solde d’idéaux.

Mais Thierry Di Rollo a choisi l’épure extrême : une centaine de pages pour développer sa thèse. Convaincant mais frustrant pour les amateurs de fiction qui passera leur chemin.

D’un point de vue politique par contre, Thierry Di Rollo développe une analyse qui m’a rappelé celle de Raffaele Simone, cet intellectuel italien auteur d’un essai récent Le monstremonstre doux.  « Une servitude sans douleur est la marque des nouvelles dictatures, des démocraties ajustées. »

C’est ainsi que Di Rollo décrit le concept de « démocratie ajustée » alors que Simone appelle le nouveau fascisme « le monstre doux » : une dictature qui ne dit pas son nom, qui permet aux citoyens de s’exprimer mais qui rogne sur leurs libertés individuelles avec leur quasi-consentement. Le divertissement, l’individualisme et le consumérisme sont glorifiés tandis que le partage, la solidarité et la réflexion sont ringardisés.

Des deux ouvrages, je vous recommande davantage celui de Rafaele Simone : un uppercut intellectuel qui invalide l’anticipation de Di Rollo. La démocratie ajustée et le monstre doux sont déjà en place et nous les nourrissons chaque jour…

Thierry Di Rollo, Préparer l'enfer, Gallimard, Série Noire, 2011.

Raffaele Simone, Le monstre doux, L'Occident vire-t-il à droite?, Gallimard, Le Débat, 2010. 178 p., 17,50 €. Traduit de l'italien par Katia Bienvenu avec le concours de Gérard Larché. 157 p., 13 €.