keret   Les nouvelles de Keret font penser à ces contes où le lecteur est censé retirer une morale ou tout du moins une signification, sauf que bien souvent, la signification reste suffisamment obscure pour être interprétée différemment selon la personnalité du lecteur. L’univers de Keret est à la fois absurde, étrange et complètement familier et permet ainsi à chacun de projeter ses propres fantasmes, rêves et angoisses.

   En plus de bien ficeler ses histoires, Keret installe une ambiance singulière qui prête parfois à sourire et lorsque le fantastique s’immisce, on se prend à carrément frissonner. Si vous avez vu le film des frères Coen, A Serious Man, peut-être que vous verrez comme moi quelques ressemblances entre Keret et les Coen bien plus dans l’esprit d’ailleurs que dans les faits. Merci à Anne qui m’avait offert ce livre !

Etgar Keret, Un homme sans tête et autres nouvelles, Actes Sud, Lettres hébraïques, 2005. 202 p., 18 €. (Anihu). Traduit de l'hébreu par Rosie Pinhas-Delpuech. Existe en poche chez Babel à 7,50 €.