lune Collins est souvent considéré comme l’un des pères du roman policier : il excelle en tous cas à mettre en place des intrigues tout aussi raffinées que tarabiscotées pour le plus grand plaisir de ces lecteurs. La Pierre de Lune est un joyau fabuleux qui revêt une signification mystique pour les Hindoues. Ballotée de continent en continent et de main en main, cette pierre mystérieuse se retrouve en Angleterre et est offerte à une jeune fille de la bonne société, Miss Rachel Verinder. Mais, très vite, la Pierre de Lune disparaît. S’ensuit une enquête complexe qui s’étale sur plusieurs années et sur 500 pages, ce qui ne sera pas de trop pour percer le mystère de la Pierre.


   Le charme suranné et délicieux des livres de Collins tient tout autant à la qualité de son intrigue qu’à la galerie de personnages que l’on rencontre dans ses livres. Ici, il y a plusieurs narrateurs qui racontent chacun les mêmes événements d’un point de vue très personnel : l’intendant des Verinder est ainsi un vieux bonhomme du peuple, loyal et plein de bon sens mais aussi patriarcal et machiste (assez normal pour son époque !). Son texte est tout à fait amusant et rempli de récriminations contre les femmes ou les gens de la haute société. L’inspecteur Cuff qui prend en charge pour un temps l’enquête sur la disparition de la Pierre est tout bonnement effrayant et mystérieux.

   

   Les nombreux personnages du roman composent une photographie de la société anglaise du XIXe siècle et pimentent l’intrigue par leurs comportements extravagants, hypocrites ou encore duels. Il y a tout de même quelques longueurs mais l’intérêt est assez vite relancé et l’ambiance « so british » assure l’immersion totale.


   Un bon policier pour l’été…ou pour les soirées au coin du feu !


Wilkie Collins, Pierre de Lune, Phebus, Libretto, 1998. Traduit de l'anglais par L.Lenob. 512 p., 12,04 €.