tibet_yak   Le Tibet « sans peine » ? Rien n’est moins sûr à la lecture du récit de Pierre Jourde et on devine qu’il s’agit là d’un pied de nez ou d’une douce ironie. Jourde et ses copains sont partis trois fois au Tibet dans les années 80, avec, à chaque fois la même insouciance volontaire : l’équipée part sans matériel adéquat, avec des cartes imprécises et sans consulter les conditions météo.


   Ainsi, le dernier voyage a lieu en juin alors que la montagne est encore enneigée. Habillés comme des plagistes à Biarritz ( !), voilà les joyeux zigues à geler dans la neige, franchissant des cols dont l’altitude donne le tournis. Inconscience certainement, folie peut-être (on s’étonne qu’ils soient revenus entiers et vivants !), et pourquoi pas exagération puisque Jourde raconte ses souvenirs vingt ans après. Leur attitude intègre aussi une part de clownerie assumée puisque Jourde et ses amis prennent tout et surtout le plus sérieux à la blague.


   Voilà donc un curieux récit de voyage, avec morceaux de bravoure attendus mais qui affecte un ton décalé, à la fois humoristique et agaçant. Une curiosité.


Pierre Jourde, Le Tibet sans peine, Gallimard, 2008. 118 p., 11,90 €. Photographie de Nathan Freitas. Source : Wikimedia Commons.