tablecontentsPRoald Dahl reprend à son compte la figure du goupil rusé qui déjoue les pièges tendus par des humains imbéciles. Fantastic Mr Fox est un conte où les compères humains de Dahl sont sous leur plus mauvais jour : cupides, répugnants et violents. En regard, les animaux sont sympathiques, intelligents et solidaires.

   La guerre que les trois fermiers, Boggis, Bunce et Bean leur mènent, est sans merci et c’est en se terrant que les renards, les belettes, les blaireaux et les lapins pourront survivre. La morale du conte est au fond assez sombre mais bien entendu, Roald Dahl la nuance en montrant les animaux heureux de leur sort et se gavant des victuailles des fermiers. En anglais (abordable) ou en français, on retrouve toujours avec plaisir le style de Dahl, sa malice et ses talents de conteurs.

 

Ce livre a beaucoup compté dans l’enfance de Wes Anderson et c’est avec curiosité et intérêt que je suis allée voir son adaptation. En tant que bibliothécaire un peu obsessionnelle, j’ai été ravie de voir le livre de Roald Dahl apparaître à l’écran au tout début de l’histoire (vous pourrez remarquer en plus qu’il s’agit d’un livre emprunté à la bibliothèque, un peu usé, avec une cote sur le dos !). C’est de bonne guerre puisque l’adaptation est fidèle…du moins au niveau des grands épisodes de l’histoire. mrfoxskV2Mais Fantastic Mr Fox est un film complètement personnel de Wes Anderson où l’on retrouve son style reconnaissable dès les premiers plans et ses thèmes habituels. Chic nonchalant et branché, structuration de la narration par chapitres, longs dialogues existentialistes, humour pince-sans-rire, courses-poursuites frénétiques, souci presque maniaque des détails et des accessoires, BO aux petits oignons…


   Bref, si vous avez aimé La vie aquatique et A bord du Darjeeling Limited, vous serez dans vos petits souliers, rassurés par un univers qui vous sera familiers. Passer à l’animation n’a pas radicalement changé la Wes Anderson’s touch, bien au contraire : certains lui reprocheront déjà de tourner en rond, d’autres (dont je fais partie) applaudiront des deux pattes et bondiront de joie !


   Pour illustrer ce billet, point de Ross ou de Blake mais des dessins trouvés sur Photobucket et postés (réalisés?) par une mystérieuse entité appelée SecretProject_album.


Roald Dahl, Fantastic Mr Fox, Penguin, 1970. Deux éditions : l'une illustrée par Tony Ross, l'autre par Quentin Blake. En français chez Gallimard Jeunesse, 118 p., 5 €.