« Dans le bâtiment ce sont des fous. Il faut le savoir. » p. 168

 

   Vous qui avez la louable intention de rénover une maison, lisez ce livre et perdez tout espoir ! Une maison, c’est comme un chat, c’est elle qui vous adopte et non l’inverse. Alors quand Paul Tanner hérite d’une immense bâtisse inhabitée depuis 15 ans, l’adoption ne va pas se faire sans accrocs. Surtout que la rénovation va nécessiter l’intervention d’une flopée de corps de métiers du bâtiment : c’est là que ça se gâte…Allez savoir pourquoi, Paul Tanner a des allures de « pigeon préférentiel » (p.125), ce qui l’expose aux pires fumistes, aux escrocs mais aussi aux abrutis.

   Le monde étant ce qu’il est, Tanner rencontre également la fine fleur de l’humanité : plombier primesautier et chevaleresque, jointeur précautionneux et chauffagiste lunaire et sympathique. Car un chantier, c’est finalement un concentré de notre humanité et Tanner fait défiler sous nos yeux ravis les caractères d’un La Bruyère moderne, expert en bâtiment.


Un chantier cocasse en diable qui vous rendra allergique à la moindre truelle !

Un livre léger et facile à lire pour la petite bibliothécaire, Christophe conseille le spectacle tiré du livre, Lili a adoré et Grominou a beaucoup ri.

A voir dans un état d'esprit assez similaire : Travaux, on sait quand ça commence de Brigitte Roüan avec l'impeccable Carole Bouquet.


Jean-Paul Dubois, Vous plaisantez, monsieur Tanner, Editions de l'Olivier, 2006. 198 p., 16,50 €