Chemin des dames,1917 : le moral s’enlise dans la boue des tranchées et les mutineries se multiplient. Dans ce contexte délicat, le lieutenant Landry est assassiné lors d’un assaut, par une Rosalie, la baïonnette française. Parce qu’un tel crime ne peut rester impuni, l’armée charge le pauvre poilu Jonas, lunaire et inadapté. Le capitaine Duparc, chargé de la défense dans un procès pour l’exemple où tout est joué d’avance, essaie de reconstruire le fil des événements qui accusent trop facilement Jonas. Pour cela, il interroge les proches du soldat et les témoins possibles.


   C’est bien là la première réussite de ce roman : chaque chapitre est le témoignage d’un personnage différent qui a donc une vision personnelle de l’affaire. On est là dans la construction d’un polar pur et dur avec montée du suspense et attention soutenue du lecteur. Puis, cette diversité de témoignages permet de faire entendre une multitude de registres de langues. C’est l’autre réussite de Tranchecaille, une virtuosité du style qui excelle à faire parler le simple poilu comme le colonel. Lorsque quand la langue est populaire, fleurie, argotique, lardée d’expressions de l’époque, on atteint le summum !


   La plume de Pécherot plonge le lecteur dans la guerre avec une puissance d’évocation étonnante. C’est bien simple, on s’y croirait. L’immersion dans une telle période n’est pas de tout repos (euphémisme gentillet…) et l’horreur de « la der des ders » prend le lecteur aux tripes.


   C’est aussi toute une époque, tout un monde que Pécherot recréé : l’état d’esprit des poilus, de la joie naïve de devenir soldat à l’hébétude devant l’innommable mais aussi la propagande qui abreuve « l’arrière », inconscient de ce qui se trame réellement et mille autres détails qui donnent une véracité sans pareil.


  Un très grand polar historique récompensé par le prix 813 et soutenu par de nombreux blogs : Jean-Marc Laherrère, Moisson Noire, Cathe, Pierre Faverole, Hannibal le lecteur.


Patrick Pécherot, Tranchecaille, Gallimard, Série Noire, 2008. 294 p., 17,50 €.