mauvignierOù parler de ce dont on ne parle pas, où peut-on briser les silences si ce n’est en littérature ? Laurent Mauvignier s’empare à bras le corps d’un sujet encore tabou, d’une guerre qui n’a longtemps pas été considérée comme telle, d’une déchirure encore trop vive pour certains de nos contemporains.

   Des hommes, oui ce sont des hommes comme l’on dit sans histoires, et pourtant il suffit d’un incident pour que reviennent à la mémoire les souvenirs qu’on a l’habitude d’enfouir. Ils sont allés en Algérie, dans un pays inconnu où l’ennui et la peur constituent le lot quotidien. Il n’y a même pas de camaraderie entre eux : « il n’est pas seul à être seul, ils sont seuls tous ensemble. » p.161. Jusqu’au moment où la violence se déchaîne et s’étale, crue et insupportable.

   Puis il y a le retour parmi ceux qui ne veulent pas en entendre parler, parce que quand même, ça n’a rien à voir avec Verdun, on n’appelle même pas ça une « guerre ». « La vérité c’est que le passé, le passé, on n’en parle pas, il faut continuer, reprendre, il faut avancer, ne pas remuer. » p 251. Pourtant le vécu est en chacun d’eux, hante les consciences, s’immisce dans le sommeil : comment vivre avec l’horreur quand autour de soi tout est si confortable, si anodin ?


   Des hommes fait œuvre de mémoire, témoigne pour ceux qui n’ont pas pu parler, ou si peu en faisant justement entendre leurs voix : d’où un style très oral qui ne m’a pas toujours complètement convaincue. L’exercice est en effet périlleux et n’est pas François Bon, (époque Minuit) qui veut. Dommage aussi que la première partie avant la plongée dans le passé soit un peu trop longue et n’apporte pas grand-chose à l’ensemble du roman.


Malgré ces quelques bémols, Des hommes est assurément un récit courageux et une lecture nécessaire.


Des avis divergents, notamment par rapport au style : Sylire, Aurore, Val, et Stéphanie


Laurent Mauvignier, Des hommes, Les Editions de Minuit, 2009. 280 p., 17,50 €