Initialement paru en 1929 au Etats-Unis, The Red Harvest a été traduit pour la première fois en France dans les années 50. Eternel débat littéraire, la question de la traduction s'invite à propos dans le policier. Il semblerait en effet que la première traduction française utilise beaucoup d'argot parisien des années 40, ce qui aurait eu pour conséquence un vieillissement prématuré de cette fameuse Moisson rouge. Gallimard se propose donc de retraduire les romans d'Hammett qui seront compilés dans une anthologie à paraître chez Quarto en octobre prochain (information trouvée dans Télérama : à suivre...).

   En attendant, voici donc une nouvelle traduction de Moisson rouge qui, selon la préface, respecte "l’esprit, le ton, le rythme, le vocabulaire, les sonorités, le cadre culturel et historique" des romans d'Hammett. Je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de comparer avec l'ancienne version mais force est de constater que cette traduction reste sobre et n'en fait pas trop, particulièrement dans le vocabulaire et les expressions populaires. Ainsi, bien qu'affichant 80 ans au compteur, Moisson rouge s'avère d'une modernité stupéfiante. Je ne pense pas néanmoins que tout soit lié à la nouvelle traduction! Moisson rouge est l'un des romans qui a inauguré le genre du hard-boiled : l'omniprésence de la violence, la froideur dans la narration, la description sociale sont des éléments que l'on retrouvera ensuite dans de nombreux romans et polars du XXème siècle. D'où certainement, cette impression parfois que Moisson rouge est tout droit sorti de la plume d'un auteur américain contemporain!

   Je soulignerai tout de même que ce roman est à déconseiller aux âmes sensibles puisque la violence qui y règne est crue et macabre. Comptez un cadavre au moins par chapitre! Une lecture dont on ne sort pas indemne puisque le propos y est profondément pessimiste.

Pour toutes ces raisons et pour ses réelles qualités littéraires, Moisson rouge est bien un classique du roman policier et de la littérature : à lire et à relire, un verre de whisky frelaté à la main !

Dashiell Hammett, Moisson rouge, Gallimard, Série Noire, 2009. (The Red Harvest) Traduit de l'anglais par Nathalie Beunat et Pierre Bondil. 283 p., 18,50 €.