Brian Clough est un personnage fort connu des amateurs de football anglais : joueur très prometteur dans les années soixante, il se blesse gravement en pleine ascension. Il devient alors entraîneur de Derby, équipe anglaise de troisième division qu’il mène à la victoire au championnat d’Angleterre. Au début des années soixante-dix, il prend la direction de Leeds United, prestigieuse équipe au sommet de la première division. Leeds traîne une réputation de tricheuse et Clough entend faire gagner ses joueurs en changeant radicalement de méthode. C’est également un défi personnel que se lance Clough puisqu’il se sent en compétition avec l’ancien entraîneur de Leeds et entend bien le surpasser.

   

   Est-il besoin de le préciser ? Il faut être un minimum connaisseur de l’univers du football pour prendre plaisir à cette lecture. Brian Clough étant sous l’emprise du foot et de la compétition, pratiquement rien d’autre ne peut entrer dans le champ du récit. L’écriture de Peace rend parfaitement compte de cette obsession en se faisant entêtante : le ressassement est continuel et les répétitions nombreuses. Le personnage de Clough a néanmoins l’épaisseur suffisante pour interpeller le lecteur qui ne serait pas féru de descriptions de matchs : un tempérament de fer, une opiniâtreté sans limites et la volonté de devenir une légende du foot anglais.
   

   Par ce personnage et ceux qui l’entourent, Peace s’attache à décrire la violence qui règne dans les milieux ouvriers du Nord de l’Angleterre. C’est bien là l’ambition de Peace dans toute son œuvre: dresser un tableau naturaliste saisissant de son pays et plus spécifiquement de sa région (Leeds et ses environs) par le biais du crime (dans 1974 et les 3 livres qui ont suivi), des mouvements sociaux (GB 84) ou bien encore du foot.

 

   Ainsi, il me semble que 44 jours peut être lu par les amateurs de foot qui aurait par exemple aimé lire Carton jaune de Nick Hornby ou par les lecteurs intéressés par l’histoire populaire de l’Angleterre contemporaine.


Voici l'effet que peut produire ce livre sur un véritable amateur de foot, Michel sur Serial lecteur!


David Peace, 44 jours, The Damned United, Rivages, Rivages-Thriller, 2008. 22 €. Traduit de l’anglais par Daniel Lemoine.